4 mythes sur la sclérose en plaques et l'alimentation

4 mythes sur la sclérose en plaques et l’alimentation

De nombreuses personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) peuvent se demander si essayer un certain régime – ou éliminer un certain groupe d’aliments de leur alimentation – peut prévenir les symptômes de la SEP comme la fatigue ou le déclin cognitif, ou même changer complètement le cours de la maladie.

4 mythes sur la sclérose en plaques et l'alimentation

Ce n’est pas étonnant : les régimes spéciaux, les suppléments et même les tests de sensibilité alimentaire sont régulièrement présentés en ligne comme des moyens de réduire considérablement les symptômes de la SEP ou même de « battre » ou de « guérir » la maladie. Parfois ces recommandations sont faites par des médecins, parfois par des praticiens de médecines complémentaires ou alternatives, et parfois simplement par des individus qui se sentent mieux après avoir changé leur alimentation.

En tant que diététiste nutritionniste agréée atteinte de SEP récurrente-rémittente qui conseille d’autres personnes atteintes de SEP sur l’alimentation, j’ai rencontré de nombreux mythes sur le rôle de l’alimentation dans la gestion de cette maladie.

Dans la plupart des cas, il y a peu ou pas de preuves que le changement alimentaire recommandé a un effet sur la SEP. Et pire encore, certains de ces changements peuvent rendre plus difficile l’obtention de tous les nutriments dont vous avez besoin pour rester en bonne santé.

Voici quelques-uns des mythes les plus courants que j’ai rencontrés – et la vérité sur chacun d’eux.

1. Les produits laitiers sont-ils mauvais pour les personnes atteintes de SEP ?

De nombreux régimes dits SEP découragent les produits laitiers.

L’une des raisons invoquées pour ce conseil est l’affirmation selon laquelle les produits laitiers sont inflammatoires – une affirmation qui a été largement démystifiée. Une revue des études publiées en mai 2019 dans la revue Advances in Nutrition a montré que l’inclusion de produits laitiers dans son alimentation n’était pas associée à une inflammation chez les personnes sans aucun problème de santé ou chez celles atteintes de diabète ou de syndrome métabolique.

En ce qui concerne la SEP en particulier, toute théorie suggérant un lien étroit entre la SEP et les produits laitiers n’a pas été suffisamment testée, ce qui signifie qu’il n’y a aucune preuve que la consommation de produits laitiers ait un effet sur la SEP.

Une autre théorie liée aux produits laitiers, appelée « mimétisme moléculaire », suggère que la butyrophiline – une protéine présente dans le lait de vache et dans des aliments comme le fromage, le beurre, le chocolat et la crème glacée – peut imiter une partie de la glycoprotéine des oligodendrocytes de la myéline. Il s’agit du composant de la myéline qui initierait la réaction auto-immune dans la SEP.

Mais cette théorie est basée uniquement sur des études animales et n’a pas encore été testée dans des essais cliniques sur l’homme – il n’est donc pas nécessaire d’éviter la protéine butyrophiline à moins que vous ne sachiez que vous y êtes allergique.

Enfin, certains ont suggéré que les personnes atteintes de SEP sont plus susceptibles d’être intolérantes au lactose – ce qui signifie qu’elles manquent d’une enzyme nécessaire pour digérer le lactose, le sucre naturel du lait – et que, par conséquent, la consommation de produits laitiers leur cause des symptômes gastro-intestinaux inconfortables tels que ballonnements, gaz, et la diarrhée.

Mais l’intolérance au lactose n’est pas un processus inflammatoire et n’est pas médiée par le système immunitaire. Et il n’y a eu aucune preuve suggérant que les personnes atteintes de SEP sont plus susceptibles d’être intolérantes au lactose. Il est important de parler à votre médecin si vous présentez les symptômes mentionnés ci-dessus, car ils peuvent avoir plusieurs causes. L’intolérance au lactose n’est qu’une cause potentielle.

La vérité est que les produits laitiers faibles en gras sont une excellente source de calcium et de vitamine D, des nutriments qui jouent un rôle essentiel dans la santé des os. Ceci est particulièrement important pour les personnes atteintes de SEP, qui présentent un risque accru de fractures, selon une étude publiée en juin 2012 dans la revue Neurology.

De plus, un apport constant en vitamine D dans votre alimentation peut être associé à des symptômes de SEP moins fréquents ou plus graves, ainsi qu’à une meilleure qualité de vie, selon la clinique Mayo.

Pourquoi opter pour des produits laitiers faibles en gras plutôt que riches en gras ? La principale différence nutritionnelle entre les deux est la teneur en graisses, qui sont toutes des graisses saturées. Les gens n’ont besoin de ce nutriment qu’en petites quantités chaque jour (10 % de votre apport calorique quotidien, selon les directives diététiques américaines pour les Américains). Et manger régulièrement trop de ces graisses peut être associé à un taux de cholestérol élevé et à des maladies cardiaques.

Si vous vous abstenez de produits laitiers pour une raison quelconque, comme une intolérance au lactose diagnostiquée par votre médecin, assurez-vous que vos alternatives aux produits laitiers contiennent du calcium et de la vitamine D ajoutés pour aider à protéger vos os.

2. Devriez-vous éviter le gluten si vous avez la SEP ?

Vous avez peut-être entendu des avertissements pour éviter le gluten – une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge – si vous avez la SEP. Il s’agit souvent de rapports anecdotiques selon lesquels le gluten aggrave certaines personnes atteintes de SEP et le fait d’éviter le gluten les aide à se sentir mieux. De plus, de nombreuses personnes affirment que le gluten est associé à une inflammation dans le corps en général.

Cependant, la National Multiple Sclerosis Society (NMSS) déclare qu’il n’y a pas de relation claire entre le gluten et la SEP, et que toutes les personnes atteintes de SEP ne sont pas intolérantes au gluten.

La Harvard Medical School ajoute qu’il n’y a « aucune preuve convaincante » pour montrer qu’un régime sans gluten préviendra les maladies ou améliorera votre santé, en général, à moins que vous ne souffriez de la maladie cœliaque – une maladie auto-immune qui inhibe la bonne digestion du gluten.

Autre chose à considérer : les aliments sans gluten sont souvent les aliments les plus raffinés sur le marché. Ils ne sont pas enrichis de la même manière que les aliments conventionnels.

Qu’est-ce que ça veut dire? Éviter inutilement les aliments contenant du gluten peut vous priver de nutriments précieux comme les fibres, qui contribuent à la santé intestinale et à la régularité intestinale.

3. Les céréales et les haricots sont-ils interdits aux personnes atteintes de SP ?

Certains régimes contiennent des recommandations aux personnes atteintes de SEP d’éviter les aliments contenant des lectines, un type de protéine que l’on trouve dans les céréales, les haricots et d’autres aliments végétaux. Certains prétendent que les lectines peuvent provoquer des symptômes ou des troubles auto-immuns comme la SEP, mais il n’y a aucune preuve pour étayer ces croyances.

De plus, la plupart des lectines dans les aliments sont inactivées par la cuisson, en particulier lorsque les aliments sont cuits dans une grande quantité de liquide. Étant donné que les grains entiers et les haricots ne sont presque jamais consommés crus et sont souvent bouillis dans de l’eau, la probabilité que quelqu’un consomme de grandes quantités de lectines actives de cette façon est très faible.

Les haricots sont peu coûteux, facilement disponibles, polyvalents pour cuisiner et sont riches en fibres alimentaires, en protéines, en vitamines B et en divers autres nutriments essentiels. Ils peuvent également aider à abaisser le taux de sucre dans le sang, à améliorer le taux de cholestérol et à maintenir un intestin sain.

Les grains entiers sont une excellente source de glucides complexes, de fibres, de vitamines B et de minéraux comme le fer et le magnésium. De plus, une analyse systématique d’une grande étude mondiale publiée en avril 2019 dans la revue The Lancet a suggéré qu’une faible consommation de grains entiers était un facteur de risque alimentaire majeur de décès et d’invalidité dans le monde en 2017.

4. Les légumes de la morelle accélèrent-ils l’inflammation liée à la SEP ?

Certaines personnes croient que les légumes de la morelle – pommes de terre blanches, poivrons, tomates et aubergines – provoquent une inflammation car ils contiennent un composé appelé solanine. Cette substance est toxique à forte concentration, mais elle n’est pas dangereuse à petites doses, comme la quantité dans une portion de tomates dans une salade ou d’aubergines dans un plat sauté.

Il n’y a aucune preuve concluante pour suggérer que les légumes de morelle ont un quelconque impact sur l’évolution de la SEP. Ces aliments sont riches en nutriments, ce qui en fait des compléments intéressants à votre alimentation.

Cela dit, il ne faut pas oublier que la SEP est une maladie complexe. Et si vous souffrez de SEP en même temps que d’une autre maladie chronique (appelée comorbidité), cela devient encore plus complexe, ce qui signifie que l’inflammation et la douleur peuvent provenir de diverses causes. Un aliment de morelle peut (ou non) être le coupable.

Si vous trouvez que manger des légumes de solanacée spécifiques provoque des symptômes de douleur pour vous, ne les mangez pas. Mais considérez chaque légume de morelle individuellement. Ce n’est pas parce qu’un type déclenche la douleur qu’ils le feront tous.

Et assurez-vous de parler à votre médecin pour écarter d’autres problèmes de santé potentiels avant de retirer des aliments de votre régime alimentaire habituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *