L'hormonothérapie peut augmenter légèrement le risque d'Alzheimer

L’hormonothérapie peut augmenter légèrement le risque d’Alzheimer

Beaucoup de femmes ont eu recours à l’hormonothérapie pour soulager les symptômes troublants de la ménopause tels que les sueurs nocturnes et les bouffées de chaleur. Cependant, de nouvelles recherches ont suggéré que ce soulagement pourrait s’accompagner d’un coût élevé de contracter un risque accru de maladie d’Alzheimer.

L'hormonothérapie peut augmenter légèrement le risque d'Alzheimer

Cette étude a révélé que les femmes qui ont suivi un traitement hormonal présentaient un risque accru de 9 à 17 % de développer la maladie d’Alzheimer. En particulier chez les femmes qui ont commencé à prendre un traitement hormonal avant d’avoir atteint l’âge de 60 ans, ce risque élevé s’est avéré être lié à une utilisation à long terme allant d’une décennie ou plus.

Selon le Dr Tomi Mikkola, la conclusion de cette étude, exprimée en termes absolus, est que 9 à 18 diagnostics supplémentaires de maladie d’Alzheimer seront trouvés chaque année dans un échantillon de 10 000 femmes âgées de 70 à 80 ans, en particulier dans les femmes qui suivaient déjà un traitement hormonal depuis plus de 10 ans. Mikkola est l’auteur principal de cette étude particulière. Il est nommé professeur associé au département de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital universitaire finlandais d’Helsinki. L’étude avait été publiée en ligne dans BMJ le 6 mars, accompagnée d’un éditorial.

Le Dr JoAnn Manson, qui est l’un des auteurs de cet éditorial, a assuré que les rapports issus de cette étude particulière ne sont en aucun cas une cause d’alarme. Manson est le chef de la division de médecine préventive au Brigham and Women’s Hospital de Boston.

Selon elle, les résultats de la recherche ont largement pu rassurer les femmes plus jeunes qui traversent les premiers stades de la ménopause, si ces femmes cherchent à se faire soigner contre les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes. En utilisant l’ensemble des preuves comme base, une raison de croire que l’hormonothérapie est relativement sûre pour les femmes encore aux premiers stades de la ménopause a été établie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *