PC, internet, smartphone : quelle est la prochaine grande époque technologique ?

PC, internet, smartphone : quelle est la prochaine grande époque technologique ?

L’un des défis de l’écriture sur la technologie est de savoir comment échapper à ce que le sociologue Michael Mann a appelé de façon mémorable « la sociologie des cinq dernières minutes ». C’est particulièrement difficile lorsqu’il s’agit de couvrir l’industrie de la technologie numérique, car on est continuellement inondé de « nouveautés » : des mèmes viraux, de nouveaux produits ou services brillants, des scandales Facebook (un incontournable de la semaine), des failles de sécurité, etc. Les dernières semaines, par exemple, ont apporté l’enthousiasme de l’industrie pour l’idée d’un « métavers » (soigneusement disséqué ici par Alex Hern), le flirt d’El Salvador avec le bitcoin, des histoires sans fin sur les banques centrales et les gouvernements qui commencent à s’inquiéter de la réglementation des crypto-monnaies, la possible refonte d’Apple de ses plans pour scanner les téléphones et iCloud rend compte d’images d’abus d’enfants, d’innombrables attaques de ransomware, de poursuites antitrust contre les magasins d’applications, le procès Theranos et ainsi de suite, apparemment à l’infini.

PC, internet, smartphone : quelle est la prochaine grande époque technologique ?

Alors comment sortir du syndrome stérile identifié par le Pr Mann ? Une façon est d’emprunter une idée à Ben Thompson, un commentateur tech vétéran qui n’en souffre pas, et dont la newsletter (payante) devrait être un e-mail quotidien obligatoire pour tout observateur sérieux de l’industrie technologique. En 2014, il a suggéré que nous considérions l’industrie en termes d’« époques » – des périodes ou des époques importantes dans l’histoire d’un domaine. À ce moment-là, il a vu trois époques dans l’évolution de notre monde en réseau, chacune définie en fonction de sa technologie de base et de sa « killer app ».

La première époque dans ce cadre était l’ère du PC, ouverte en août 1981 lorsqu’IBM a lancé son ordinateur personnel. La technologie de base était l’architecture ouverte de la machine et le système d’exploitation MS-DOS (plus tard Windows). Et l’application qui tue était la feuille de calcul (qui, ironiquement, avait en fait été mise au point – comme VisiCalc – sur l’Apple II).

La deuxième époque était l’ère d’Internet, qui a commencé 14 ans après le début de l’ère du PC, avec l’introduction en bourse de Netscape en août 1995. La technologie de base (le « système d’exploitation », si vous voulez) était le navigateur Web – l’outil qui a transformé Internet. en quelque chose que les non-geeks pouvaient comprendre et utiliser – et l’époque a été initialement caractérisée par une lutte acharnée pour contrôler le navigateur, une bataille dans laquelle Microsoft a détruit Netscape et capturé 90% du marché, mais s’est finalement retrouvé face à une poursuite antitrust qui a presque conduit à sa rupture. À cette époque, la recherche était l’application qui tue et, en fin de compte, l’utilisation dominante est devenue les réseaux sociaux, la part de marché dominante étant capturée par Facebook.

L’époque trois dans le cadre de Thompson – l’ère dans laquelle nous sommes maintenant – était celle du mobile. Elle date de janvier 2007 quand Apple a annoncé l’iPhone et lancé la révolution des smartphones. Contrairement aux deux époques précédentes, il n’y a pas de système d’exploitation dominant : il existe plutôt un duopole entre le système iOS d’Apple et le système Android de Google. L’application qui tue est ce qu’on appelle « l’économie du partage » (ce qui n’est bien sûr rien de tel), et les messages de toutes sortes sont devenus le moyen de communication dominant. Et maintenant, il semble que cette époque des smartphones atteigne son apogée.

Si c’est bien ce qui se passe, la question évidente est : qu’est-ce qui vient ensuite ? À quoi ressemblera la quatrième époque ? Et ici, cela vaut la peine d’emprunter une idée à un autre observateur perspicace de ces choses, le romancier William Gibson, qui a observé que « l’avenir est déjà là ; ce n’est tout simplement pas réparti uniformément ». Si c’est aussi profond que je le pense, alors ce que nous devrions rechercher, ce sont des choses qui continuent de bouillonner de manière décousue et apparemment sans lien, comme les jets de lave chaude en Islande ou dans d’autres régions géologiquement instables.

Alors, que pouvons-nous voir bouillonner dans la technologie en ce moment ? Si vous croyez l’industrie, les métavers (au pluriel) – essentiellement conçus comme des environnements de réalité virtuelle massifs – pourraient être une grande chose. Cela ressemble à cet observateur à un vœu pieux pour les psychotiques. En tout cas, à son extrémité, l’idée du métavers est une vision d’un environnement immersif, semblable à un jeu vidéo, pour divertir les humains riches dans leurs grottes climatisées pendant que la planète cuisine et que les humains moins fortunés ont du mal à respirer. En ce sens, le métavers pourrait simplement être un moyen d’éviter des réalités désagréables. (Mais alors, comme l’a récemment plaisanté une figure éminente de la Silicon Valley, peut-être que la réalité est de toute façon surestimée.)

Deux autres candidats plausibles pour ce qui alimentera les époques futures sont la cryptographie – au sens de la technologie blockchain – et l’informatique quantique. Mais une ère où ces technologies sont dominantes incarnerait une contradiction intrigante : nos outils cryptographiques actuels dépendent de la création de clés qui prendraient des millions d’années à déchiffrer les ordinateurs conventionnels. Les ordinateurs quantiques, cependant, les casseraient en nanosecondes. Dans ce cas, nous devrons peut-être finalement admettre que, en tant qu’espèce, nous sommes trop intelligents pour notre propre bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *